Pourquoi est on si nul pour recycler le plastique ?

Pourquoi est on si nul pour recycler le plastique ?

Le plastique est littéralement partout, si bien qu’on en retrouve dans les profondeurs les plus profondes de l’océan et au sommet des sommets les plus reculés.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, nous avons produit plus de huit milliards de tonnes de plastique.

De tout cela, seulement 9% environ ont été recyclés, des chiffres qui font mal au cœur.

Mais ce n’est pas seulement que les humains sont paresseux ou mauvais.

Voyons donc ce qui rend aussi difficile la réutilisation de ce qui est si vital dans la vie moderne.

Déjà c’est quoi le plastique ?

Pensez à une bouteille d’eau en plastique, comme celle que vous pourriez acheter dans un aéroport.

On estime qu’à travers le monde, les gens achètent un million de bouteilles en plastique chaque minute.

Nous utilisons le mot générique plastique pour désigner un ensemble de produits chimiques qui sont en fait très différents.

D’une manière générale, les plastiques sont des polymères, ce qui est une façon fantaisiste de dire qu’ils répètent des chaînes de molécules.

Lors de leur formation, ils peuvent être transformés en formes arbitraires, ce qui leur donne un large éventail d’applications.

Désormais, chaque matière plastique se divise en deux groupes, les thermoplastiques et les thermodurcissables.

Les différentes liaisons d’un thermoplastique sont maintenues ensemble par des liaisons chimiques relativement faibles.

Lorsque le matériau est réchauffé, les molécules peuvent se détacher de ces liaisons et prendre une nouvelle forme.

Dans un thermodurcissable, les chaînes polymères forment des réseaux complexes avec des liaisons serrées.

Chauffer ces matériaux suffisamment pour briser le réseau détruit le plastique lui-même.

Ainsi, même si les thermodurcissables peuvent être très solides, ils peuvent être difficiles à recycler.

Il existe de nombreux types différents de thermoplastiques dans les produits commerciaux, mais deux des plus répandus sont le PET et le PEHD.

Le cas du PET et du PEHD

Le polyéthylène téréphtalate, ou PET, est transparent, peut résister à des températures modérées et résiste à la fissuration.

Le polyéthylène haute densité, ou PEHD, peut survivre à des températures plus extrêmes mais manque généralement de la transparence du PET.

Ces deux plastiques sont utilisés pour les bouteilles ordinaires.

Mais le problème, c’est que tous les centres de recyclage n’acceptent pas ces deux là. Vous devez donc savoir quel type de plastique vous jetez – et quels types de plastique votre recycleur local accepte – afin d’en éliminer un correctement.

Nous recyclons mal !

Même dans ce cas, vous le faites probablement encore mal, parce qu’un seul produit combine souvent plusieurs types de plastique.

Par exemple, le bouchon à visser de cette bouteille en PET peut souvent être en polypropylène, un autre type de plastique.

Comme la plupart d’entre nous ne désassemblons pas soigneusement nos déchets avant de s’en débarrasser, les usines de recyclage doivent trouver un moyen de séparer tous les plastiques qu’elles reçoivent.

Et il peut être essentiel que cette séparation soit faire.

Par exemple, si le PVC en plastique est recyclé, il peut créer des acides qui endommagent et décolorent le PET irrémédiablement.

Et tout ce qu’il faut, c’est une seule bouteille en PVC dans une palette de 10 000 bouteilles en PET pour ruiner tout le lot.

Pour éviter ces problèmes, les usines de recyclage ont plusieurs façons de trier les plastiques.

Une approche consiste à utiliser la densité – lorsqu’il est immergé dans l’eau, le PET coule alors que d’autres plastiques flottent.

Une autre option est la chaleur.

Différentes matières plastiques deviennent molles à différentes températures, de sorte que le chauffage précis du mélange peut différencier les différents matériaux.

Mais comme même un tout petit peu de contamination peut causer beaucoup de dommages, le recyclage approprié devient coûteux – parfois trop coûteux pour en valoir la peine.

Le recyclage est parfois trop coûteux pour en valoir la peine

Mais voici le problème : même si nous avions inventé un procédé qui triait et traitait tous les types de plastique de façon magique et impeccable, le recyclage serait quand même difficile.

C’est parce que, contrairement au métal et au verre, le plastique se dégrade chaque fois que vous le recyclez.

L’aluminium, par exemple, est un élément, donc peu importe combien de fois vous le faites fondre et le retravaillez, vous n’avez encore que des atomes d’aluminium.

Par contre, au niveau microscopique, les plastiques sont de très longues chaînes de molécules.

Par exemple, le PEHD, l’un des plastiques que nous recyclons, peut contenir jusqu’à 100 000 molécules d’éthylène liées.

Chaque fois qu’un plastique est réchauffé pour en faire quelque chose de nouveau, certaines de ces chaînes se brisent, ce qui réduit la qualité du matériau.

Pour contourner ce problème, les fabricants ajoutent du nouveau plastique au mélange, de sorte que même le recyclage du plastique nécessite un nouveau plastique.

Une autre technique pour prolonger la durée de vie du plastique est le down-cycling, qui transforme le matériau en produits de moins en moins sophistiqués.

Le plastique qui commence sous forme de bouteille d’eau peut ensuite être transformé en laine polaire pour une veste avant de finir sa vie comme bois de plastique dans la construction d’un pont.

En fin de compte, même cela ne suffit pas, et tout ce qui reste est brûlé pour produire de l’énergie ou jeté dans un site d’enfouissement.

Le recyclage du plastique n’existe pas

Donc, dans un sens, il n’y a pas de recyclage du plastique – chaque morceau de plastique fabriqué finira par devenir un déchet.

Et dans de nombreux cas, il n’est même pas possible de faire une seule tournée de recyclage. Je ne vous parle même pas du bioplastique

C’est très important si l’on considère qu’en 2009, environ 4% de tout le pétrole et le gaz extraits dans le monde entier ont été transformés en plastique.

Et 3 ou 4% de plus ont été utilisés pour créer l’énergie nécessaire à cette production. M

aintenant, les gens ne vont probablement pas abandonner le plastique et il y a de bonnes raisons de le garder.

Il présente d’énormes avantages pour la santé, l’accessibilité et la salubrité des aliments.

Mais nous pouvons tous mieux faire en ce qui concerne la façon dont nous l’utilisons. Pour ce faire, nous devons mettre au point de nouvelles techniques de recyclage qui prolongent la durée de vie du plastique dont nous disposons, en éliminant les produits à usage unique là où nous le pouvons et en faisant attention aux plastiques que nous utilisons et à la façon dont nous les combinons.

Close Menu